Suivez mes aventures, semaine après semaine!

Décembre 2008

Retour menu

 

Mois précédent, cliquez ici

Lundi 1er

J'arrive à Pérenchies à 5h30. Je pose mes affaires dans mon camion et je range mes nouveaux documents dans mes coffres: nouveaux arrêtés de convoi, nouvelles lettres de voitures, nouvelles cartes de gasoil et nouveau badge de télépéage. En effet, depuis aujourd'hui je ne fais plus partie du personnel des transports Abram... Je fais partie dorénavant du personnel des transports Augizeau (85). c'est toujours le groupe AltéAd. Je décroche mon plateau et je raccroche celle avec laquelle j'ai roulé la semaine dernière car j'ai un chargement courant de semaine en Alsace pour le Portugal en convoi... En attendant, je re-transfere mes sangles, cliquets et panneaux de Convoi sur le plateau. 6h, je pars vers Roselaere (B) où je dois charger à 7h pour Luxembourg. 6h20, j'arrive au poste frontière de Rekkem (B) afin d'y prendre mon eurovignette. Une queue d'au moins 30 chauffeurs se trouve devant le guichet... A 1 mn par chauffeur, ça me fait une attente de 30 mns donc, je vais être en retard au chargement. Je décide de faire demi-tour et d'aller chercher mon eurovignette à la Total du CIT de Roncq. Mon eurovignette prise, me voilà reparti vers la Belgique. J'arrive sur mon lieu de chargement à 7h10. J'entre dans le hangar et ils me chargent 2 bandes transporteuses. Après avoir sanglé et avoir fais mes bons de transports, je pars vers le Luxembourg. Je coupe 45 mns entre Namur et le Luxembourg pour la pause obligatoire puis je continue. J'arrive sur mon lieu de livraison: un centre de fabrication de compost végétal. Ils me font entrer dans un hangar... Ça pue !!!!!  C'est une horreur. Je suis obligé d'aller enlever les sangles sous cette puanteur. Je fais très vite puis je reviens dans ma cabine !!! Une fois vidé, je repars de cette usine. J'appelle mon exploitant pour connaître la suite: Chargement demain matin à Nancy, un complet de fer à béton pour Thionville... Du régional quoi. Je roule vers Nancy et j'arrive sur mon lieu de chargement vers 17h. Cool, ils vont me charger ce soir ! C'est toujours ça de gagné... Je ressors de l'usine vers 18h30 chargé. Je me pose sur le parking et je vais rester là pour le soir et la nuit.

Chargement à Izegem (B)

Itinéraire de 1ère partie de semaine

Mardi 2 

Je repars vers 6h du matin. Je m'arrête prendre un café dans une station entre Nancy et Metz puis je continue. J'arrive sur mon lieu de livraison vers 8h. Il y a déjà 3 camions tchèques devant moi dont 2 avec des remorques françaises.. Lamentable. J'attend mon tour pour vider. Quand c'est enfin mon tour, je me mets en place et je déssangle. Le cariste commence à me vider. Je vais vers lui et avec un accent des pays de l'est, je lui dit: "vouz parllllllé tchekia ?" Il me répond "Non, moi pas parlé tchekia". Ce à quoi je lui répond dans un français impeccable: "C'est pas grave, on va le faire en français alors !!! " Il a commencé à rigoler... Il me dit que c'est vraiment une plaie tous ces chauffeurs de l'est roulant pour des transporteurs français. J'acquiesce dans son sens. Il me vide en 3 fois moins de temps qu'il me faut pour le dire et je repars. Au programme ensuite: chargement de dalles de béton à Colmar (68) pour Château-Thierry (02). J'arrive à Colmar vers 13h30. Je charge, je sangle et je repars. Je traverse les Vosges par la RN66 et le col de Bussang puis c'est Epinal, Nancy et Reims par la route nationale. Au soir, avec presque 10h de conduite, je m'arrête pour la nuit à Perthes, près de St Dizier (52).

Traversée des Vosges... C'est joli !

Itinéraire de 2ème partie de semaine

Mercredi 3

Je me mets en route vers 6h30. Je prend l'A4 à La Veuve, je passe Reims et continue vers Paris. Je sors à Château-Thierry. J'arrive sur le chantier mais un camion Cayon est arrivé avant moi avec le même chargement que moi. Le chef de chantier vient me voir et me dit qu'il va y avoir de l'attente car ils doivent vider les dalles une à une avec la grue et ils attendent un camion de béton dans la matinée et ce camion sera prioritaire sur moi. En cours de matinée, mon exploitant m'appelle pour m'annoncer qu'en plus des chevrons consignés se trouvant sur mon camion dûs au chargement des dalles de béton, je dois aussi reprendre ceux du Cayon !!! Et je dois aller les reporter demain à Colmar après avoir chargé... Merci du cadeau... Le camion-toupie de béton arrive derrière moi. Le cayon ayant fini de vider, il part et le camion-toupie prend sa place. Moi, je poireaute... 11h45, je me mets en repos et commence à casser la croûte. 12h30, le camion de béton a enfin fini de vider son béton frais et repars. Je me mets en place. Ils commencent à vider mes dalles. 13h30, je suis vide. Je dois remettre tous les chevrons du Cayon sur mon plateau. Évidemment, je suis seul car ils sont tous partis manger. Je me coltine tout à la main. Après ça, je vais voir le chef du chantier à la cantine, je fais signer mes papiers puis je repars. La suite: chargement d'un convoi demain au nord de Haguenau (67) pour le Portugal. Je file vers Reims puis Nancy et Strasbourg par la nationale 4. Avec Presque 4h30 de conduite, je m'arrête 45 mns à l'aire d'Anthelupt, près de Lunéville. J'engloutis mon bol de soupe et j'attaque ma pomme. Au même moment, quelqu'un toque à ma porte. J'ouvre ma vitre. Un jeune se présente: c'est Miki 57, membre (comme moi) du site Fier d'Etre Routier. On va se boire une boisson chaude à la cafète. Ma coupure finie, on se quitte et je repars vers Haguenau. J'arrive à l'usine vers 21h. Ils ferment mais je peux rester là pour la nuit. En plus, il y a des douches donc, c'est cool. Je vais en prendre une et aller me coucher.

Chargement de tous les chevrons sur mon plateau

Rencontre avec Miki 57

 

Jeudi 4

Réveil à 5h30, je me prépare mon café. Ensuite, je vais voir les gars pour le chargement. Problème: mes chevrons... Je dois en faire 2 tas qu'ils enlèveront au chariot élévateur et qu'ils me remettrons après chargement. Me voilà reparti à faire ma gymnastique du matin: transférer tous les chevrons vers l'arrière de mon plateau en 2 beaux tas. Ça me prend 45 mns... J'entre sous le hangar. Ils me déchargent mes chevrons au pont puis ils commencent le chargement: des éléments de voie ferrée de 8,40 de long sur 2,80m de large. Derrière ça, ils me mettent des rails de chemin de fer et 2 petites caisses au cul du plateau. Ils chargent mes 2 tas de chevrons par dessus les rails et je sangle le tout. Les papiers finis, je repars de l'usine vers 8h45. Je file vers Strasbourg et Colmar par l'A35. J'arrive dans l'usine à Béton de Colmar. J'y fais ôter les chevrons, fais signer mon bon de livraison et je repars. Je continue vers Lyon où je dois laisser mon camion pour le week-end et remonter en TGV à Lille. Coup de fil de mon exploitant: je dois finalement descendre jusque l'agence AltéAd de Montélimar où se trouvent déjà les camions de 2 collègues (Thierry et Youssef). Eux aussi ont le même chargement que moi. Je dois prendre le train demain matin au départ de Montélimar pour Lille via Lyon. Avec 9 heures de conduite, je m'arrête sur un parking de l'A7 juste avant la sortie Loriol.

Chargement d'éléments de voie ferré à Haguenau

Un emmerdeur et son pot de yaourt qui n'a rien à foutre sur autoroute !!!

Vendredi 5

Réveil à 6h30, je mets en route. Je sors à la sortie Loriol afin d'aller prendre mon petit dèj au resto Le Disque Bleu à Saulce (26). Une fois mon petit dèj pris, je repars en direction d'AltéAd Montélimar où j'arrive vers 8h. Je me gare à côté des camions de Thierry et Youssef. Je prend mes affaires de toilette et je vais aller prendre ma douche. Revenu au camion, je prépare ma petite valise et me prépare à partir à la gare SNCF (Sur Neuf, Cinq Fainéants) afin d'y prendre le train pour Lille via Lyon. Comme j'ai un peu le temps, j'en profite pour commencer à rédiger ce carnet de bord. 10h20, un cadre AltéAd de Montélimar me conduit à la gare. J'embarque sur le train de 11h03 vers Lyon. A 12h35, je suis à la gare de Lyon Part Dieu. 13h45, le train entre à quai. Je repère ma voiture et entre. Je m'installe à la place qui m'est réservée, j'installe mon PC et colle mon récepteur GPS sur la fenêtre. 13h54, le TGV part. Mon récepteur a du mal à trouver ses satellites... Il arrive enfin à les trouver. Je regarde la vitesse grimper: 250, 260, 265, 275, 280..... et ce jusqu'à 293 km/h. Je ne pense pas pouvoir regarder ça trop longtemps car le GPS pompe sur ma batterie et il ne m'en reste plus beaucoup... C'est rigolo quand même ! Juste avant que mon PC s'éteigne, le GPS grimpe à 294 km/h !!! Ensuite, fini la batterie... Je remballe mon PC et remplis mes papiers de semaine afin de les rendre ce soir à la boutique. 17h07, le train entre en gare de Lille. Je descend du train. Au même moment, mon exploitant m'appelle et me demande si je suis à Lille. Je lui répond que oui. Il me dit qu'un chauffeur arrive sur Lille afin de louer une voiture et qu'il vient me chercher en même temps. Il arrive sur Lille avec mon fils Benoît comme guide car c'est un vendéen. Une fois qu'il m'a récupéré, il me conduit jusque ma boutique. Je rends mes papiers au bureau, je prend ma voiture et rentre chez moi.

Itinéraire de fin de semaine

Me voilà garé à Montélimar à côté des 2 autres..

A 294 km/h dans le TGV !!!

Samedi 6

Repos

 
Dimanche 7

Repos

 
Lundi 8

Mon fils Benoît et moi arrivons à Pérenchies à 4h50 car Thierry (un de mes collègues) doit nous prendre et nous amener à la gare de Lille Europe où on doit prendre le TGV de 5h59 à destination de Montélimar. Youssef et Thierry ont la même punition que nous... 5h15, Thierry et sa femme arrivent enfin. On embarque dans leur voiture et nous voilà parti pour la gare. 5h40, nous prenons place dans le TGV et à 6h, il part. Durant le voyage qui durera  3 heures jusque Lyon, je bouquine et je joue avec le jeu qui se trouve dans mon téléphone. 9h, arrivée à Lyon. On descend du TGV. Youssef nous paye un café sur le zinc de la gare puis on s'installe dans le train Corail à destination de Montélimar, départ 9h25. Arrivés à Montélimar à près de 11h, notre directeur d'agence m'appelle pour me dire qu'il n'y aura personne de l'agence de Montélimar pour venir nous chercher... On va devoir prendre un taxi que notre agence me remboursera. Enfin arrivés à nos camions respectifs, j'installe toutes mes affaires ainsi que celle de Benoît dans le camion. Je fais mon plein de gasoil et change l'ampoule de code gauche qui avait claqué vendredi dernier. Tout le monde est prêt à partir. Youssef veut absolument passer par la Jonquera pour aller au Portugal alors que moi, je voulais passer par Irun car c'est près de 80 kms de moins et on serait encore en France ce soir, idéal pour nos appels téléphoniques... Youssef ne veut rien savoir alors, pour lui faire plaisir, je le suis vers la Jonquera. Avec près de 4h30 de conduite, on se gare sur le parking de l'hypermercato Escudero à la Jonquera. Le temps qu'on aille faire quelques emplettes, Benoît restera dans le camion afin de surveiller nos véhicules car les vols dans les cabines sont fréquents là-bas. Nos achats effectués et la coupure finie, nous repartons vers Girona, Vic et Lleida. Peu avant Lleida, une voiture de police nous double et nous fait signe d'entrer dans le parking de la station présente à cet endroit. Un contrôle en règle s'ensuit... Et là, nous apprenons que nous sommes en totale infraction car il parait qu'aujourd'hui est un jour férié en Espagne et donc, les convois exceptionnels ne peuvent pas rouler ces jours-là. On se prend chacun 315€ d'amende à payer sur le champ. On appelle notre exploitant pour lui annoncer la nouvelle... Il va faire le nécessaire demain. Les policiers nous rendent nos papiers mais nous immobilisent à l'aide de gros cadenas fixés sur nos volants. On va passer une bonne nuit ! Et là, je m'aperçois que si je m'étais écouté quant à vouloir passer par Irun, on n'aurait jamais été verbalisé car avec nos heures de conduite, on se serait arrêtés vers Bayonne... La prochaine fois, je m'écouterai !

Itinéraire 1ère partie de semaine

Immobilisation du camion par les flics espagnols: un gros cadenas !

Mardi 9

Réveil tranquille vers 7h30, je vais prendre mon café au resto se trouvant dans la station ensuite, je reviens au camion. 8h30, Youssef est réveillé et Benoît aussi. On retourne à la station pour faire notre toilette et reprendre un café. Vers 9h, les discutions reprennent avec notre exploitant pour savoir comment faire pour régler les amendes... A 10h, on trouve une solution: Augizeau va me faire un virement express de 945€ sur mon compte et je vais régler avec ma carte bancaire. On appelle les flics espagnols afin qu'ils viennent encaisser les amendes et enlever leurs putains de cadenas. Ils arrivent vers 11h. Je paye et on se casse. Le reste de la journée se passe en roulant peinard. On roule, on fait nos pauses et, après nos 9 heures de conduite, on s'arrête à 21h30 après Madrid pour la nuit. On se met d'accord pour un départ demain matin vers 6h30.

Un accident entre Zaragossa et Madrid

Vue de plus près...

On file droit vers le soleil.

Mercredi 10

Je me réveille à 6h. Benoît se réveille en même temps que moi. J'ouvre mes rideaux et je vois que Thierry est aussi réveillé mais pas Youssef. Le resto où on est garé n'est pas encore ouvert... Je toque à la porte de Youssef afin de le réveiller... Il ouvre sa porte et nous annonce qu'il a oublié de mettre son tachygraphe sur repos hier soir. Il s'est mis en repos qu'à 22h45 et donc, il ne peut pas partir avant 7h45. Thierry et moi décidons de partir en avance afin de s'arrêter au 1er resto qu'on trouvera sur la route afin d'y prendre notre petit dèj. On y arrive une petite 1/2 heure après. On se boit un bon café au lait. Ensuite, on revient au camion afin d'attendre Youssef qui arrive peu après. On file vers la frontière portugaise où on arrive vers midi. On fait notre pause casse-croûte sur le parking de la frontière puis on repart. Les routes nationales portugaises sont vraiment étroites mais le soleil est au rendez-vous. On traverse des villages pittoresques dont les rues sont bordées d'orangers d'où l'on pourrait cueillir des oranges depuis nos cabines. Nous arrivons enfin à notre lieu de livraison, il est près de 14h30. On nous vide puis j'appelle mon exploitant pour connaître mon chargement: Je charge dans le pays basque pour Lens (62). Une fois vidé,c'est retour vers l'Espagne. Avec nos 10 heures de volant, nous arrivons sur le parking de la frontière hispano-portugaise de Vilar-Formoso. On s'y gare pour y passer la nuit.

Dernière étape en Espagne avant le Portugal: Cacerès.
Les cigognes ont migrés vers le soleil...
Les orangers sont en fruits, prêt à cueillir depuis nos fenêtres !
Benoît se la pète à la frontière !
Petit arrêt à la frontière pour casser la croûte...
...et pour réparer un gyro défectueux.
Ceci est une route nationale portugaise !!!
Traversée d'un village portugais.
Vous vous les gelez en France ??? Nous, Non !!! Ha ha ha !!!  20° à Abrantès !
Déchargement à Abrantès.
Jeudi 11

Réveil à 4h45 pour un départ prévu à 5h. Youssef est déjà réveillé mais pas Thierry. Je toque à sa porte et il nous fais signe de partir sans lui... Youssef et moi (avec Benoît) partons vers le Pays Basque. Avant Salamanca, On fait un arrêt car Youssef doit mettre du gasoil dans son camion. Après avoir passé Valladolid, Youssef bifurque vers Santander car il va charger là-bas. Benoît et moi continuons vers Burgos et Bilbao. J'arrive sur mon lieu de chargement situé dans un triangle Bilbao-San Sebastian-Vitoria vers 13h20. Je passe en bascule, m'inscris puis je me pose sur le parking. Benoît et moi cassons la croûte puis on nous invite enfin à entrer sous le hangar afin de charger. Notre chargement: un complet de treillis soudé pour Lens (62). Après avoir chargé, je repasse en bascule puis je me mets sur le parking afin de sangler mon chargement. J'apprend à Benoît comment sangler le treillis car c'est une merde à transporter: marchandise très instable devant être sanglé des 2 côtés sinon c'est casse-gueule. Ensuite, c'est départ vers la France. Je m'arrête dans une station AS24 peu avant la frontière afin de faire un complément de gasoil puis  c'est l'arrivée en France. Avec 10 heures de conduite, on s'arrête au centre routier de Castets (40).

 

Vendredi 12

Je me réveille à 7h45 sans réveil. Avec Benoît, je vais au resto afin d'y prendre mon petit-dèj. On se prend aussi chacun une bonne douche puis on repart vers le Nord, il est 8h45. Je passe Bordeaux comme une balle puis je prend la RN 10 vers Angoulême puis Poitiers. Revenu sur l'A10 à Poitiers, je m'arrête sur un parking afin de faire ma coupure réglementaire. On prend notre repas puis on se remet en route. Je passe Orléans puis je sors à Artenay et prend la RN20 vers Étampes et Paris. Je décide de m'arrêter sur le parking du resto "Le Relais de Montfort", aux portes de Paris car il ne me reste que 1h15 à conduire et vu qu'il est 17h45, je risque de tomber dans les bouchons parisiens. Je décide d'aller souper dans le resto car je n'aime pas squatter le parking d'un resto sans y aller consommer. Après le repas, Benoît et moi allons nous coucher.

Itinéraire de retour.

Samedi 13

Je me réveille vers 5h. Je me lève et m'habille. Benoît se réveille quelques minutes après moi.Je commence à démarrer le moteur puis c'est le départ. Je traverse la grande poubelle comme une balle puis je fais un arrêt toilette et café à l'aire de Vémars, au nord de Paris sur l'A1. Benoît reste au camion car il cherche après son téléphone portable qu'il a fait tomber dans la cabine lors de son sommeil. Je lui ramène un chocolat chaud puis je repars. J'arrive à Pérenchies à 9h. Mon pote Christian (Double-Mètre 59, de chez Depaeuw) vient me rejoindre à ma boutique afin d'y prendre les bouteilles de whiskies que je lui ai acheté en Espagne. Après ça, Benoît me donne un coup de main à transférer mes affaires du camion à ma voiture puis on part de Pérenchies. Je vais conduire Benoît chez lui et ensuite, je rentre chez moi.

Dimanche 14

Repos.

Lundi 15

J'arrive à Pérenchies vers 7h30. J'installe mes affaires dans mon camion puis je vais au bureau afin de rendre les papiers de la semaine précédente. Ensuite, je file à Lens (62) pour y vider le treillis soudé chargé la semaine dernière. Une fois vidé, je vais à côté de Seclin pour y aller charger une cuve en convoi de 1ère cat. En cours de route, sur la RN reliant Lens à Seclin, je croise Philippe (un de mes collègues). Lui aussi est chargé d'une cuve en convoi. J'arrive sur mon lieu de chargement vers 10h45 mais je n'en ressortirai que vers 12h30 chargé d'une cuve + une palette d'accessoires à destination de l'aéroport de Madrid (Espagne). Je pars de Seclin direction Lens, Arras et Amiens par la RN puis je prend l'A16 à Amiens Nord en direction de Paris. Je contourne Paris par la route ouest des convois : Conflens, St Germain en Laye, Plaisir, Trappes et Rambouillet. Sur cette route, au niveau des Essarts le Roi (78), je vois trop tard que Philippe est arrêté pour sa coupure. Tant pis, je continue...  Je reprend l'A10 entre Ablis et Étampes, direction Bordeaux. Avec mes 9 heures de conduite, j'arrive à aller jusque la station BP juste après le péage de Tours-Nord. Je m'y arrête pour la nuit. J'envoie un texto à Philippe pour lui dire où je suis afin qu'il me rattrape demain.

Itinéraire 1ère partie de semaine
Mardi 16

Je me réveille vers 7h car je sais que Philippe ne devrait plus être loin. Justement, mon téléphone sonne: c'est lui. Il vient de passer devant la station BP ! Je me mets en route et je le rejoins au péage de Tours-Sud. Ensuite, on fait la route ensemble. Nous filons vers Poitiers-sud où nous sortons de l'autoroute puis c'est la RN10 vers Angoulême et Barbezieux. On fait un arrêt au relais de Vivonne car Phil doit mettre du gasoil. Pendant ce temps, je vais prendre mon petit-dèj au resto et y prendre une douche. La coupure de 45 mns finie, on repart. Afin d'éviter de passer Bordeaux (vu que c'est assez bordélique en convoi...), je prend les chemins de traverses: la route des convois de Montguyon (16) vers Libourne puis Langon et la RD 932 vers Mont de Marsan. Ensuite, c'st la route vers la frontière de Irun via Dax, Bayonne et Hendaye. Philippe et moi nous nous arrêtons à la petite frontière Hendaye-Irun. Comme nous avons presque 9h de conduite, on va rester là pour la soirée et la nuit. On en profite pour aller faire nos courses côté espagnols... Ensuite c'est retour au camion, miam et dodo.

1ère coupure du jour en compagnis de Philippe

Mercredi 17

Réveillé à 5h30, Phil et moi partons vers 6h. On traverse Irun puis c'est la RN-I vers Vitoria et Burgos puis Madrid. Sur la route Burgos-Madrid, près du col, il y a de la neige mais la route est bien dégagée ! Les espagnols ont prévu le coup et ils ont bien salé. Les services des autoroutes françaises ainsi que la DDE feraient mieux de prendre des leçons ! En France, ils attendent que tout le monde soit bloqué pour commencer à traiter et ainsi, interdire aux PL de circuler.. Bande de cons ! Quoiqu'il en soit, ici ça roule ! Viva España !!! On arrive à l'aéroport de Madrid vers 14h30 mais nous ne savons pas où nous devons aller exactement. J'appelle mon exploitant afin qu'il se renseigne. J'ai bien un n° de téléphone d'un contact ici en Espagne, mais depuis que nous sommes passés Augizeau, nos téléphones sont bloqués aux appels hors n° mémorisés dans le tél. Et moi, pas question d'appeler avec mon propre téléphone ! Le temps que mon exploitant se renseigne, je décroche et vais faire le tour de l'aéroport pour voir si je ne peux pas trouver le chantier. Pendant ce temps-là, Phil restera à côté de ma remorque et jouera les chiens de garde. Brave bête... De l'autre côté de l'aéroport, il y a un immense chantier. Je reviens raccrocher ma remorque puis nous nous dirigeons vers ce chantier. Vers 17h, mon exploitant m'appelle pour me donner des infos supplémentaires quant au lieu de déchargement: c'est au terminal T4 et la grue ne sera pas là avant demain matin 8h. Bon, je décroche et vais voir où ça se trouve car vu notre hauteur (4,50m), pas envie de se planter demain matin. Finalement, le T4 est carrément dans un autre côté de l'aéroport. Après avoir repéré la route, je reviens raccrocher ma remorque. Je regarde combien d'heures j'ai conduit aujourd'hui: 8h59 ! Bon, ben je vais rester là finalement. On repartira demain matin à la fraîche !

Les montagnes enneigées avant Madrid

Mais les routes sont bien dégagées !!!

Jeudi 18

Phil et moi nous nous mettons en route à 6h. Nous traversons toute la zone aéroportuaire puis nous arrivons enfin sur le lieu de RV avec la grue. On attend et à 8h15, la grue arrive avec toute une armada de voitures de l'entreprise concernée ainsi qu'une voiture de la sécurité de l'aéroport. Ils nous donnent nos laissez-passer puis on entre sur le tarmac. On se met en place à côté de la grue puis on déssangle et déchaîne tout. La grue nous vide puis j'appelle mon exploitant pour connaître nos rechargements respectifs. Phil va aller charger cet aprèm à Miranda (entre Burgos et Vitoria) et moi, à Vitoria. On remonte vers Vitoria. A hauteur de Miranda, phil et moi nous séparons. Je continue vers Vitoria. Je m'arrête à la station BP juste avant Vitoria. J'appelle mon exploitant pour connaître l'adresse exacte de chargement. Il me donne l'adresse mais c'est chargement que demain matin à destination de Laval (53) à vider lundi matin. Donc, je vais bloquer mon week-end dans la Mayenne. En attendant, je me mets en coupure pour la soirée et la nuit. Je passe la soirée avec 2 chauffeurs français présents sur le parking.

La grue est enfin là.

Je me mets en place devant la grue...

Après avoir ôté la cuve, ils enlèvent la palette.

Ensuite, c'est au tour de Phil.

Il est sérieux Phil quand il enroule ses sangles !

Déchargement de la cuve de Phil (Vidéo)

Vendredi 19

Réveillé à 5h30, je vais au resto afin d'y prendre mon café-crème et un croissant. 6h, je pars en évitant de faire du bruit afin de ne pas réveiller le chauffeur français garé à côté de moi. J'arrive sur mon lieu de chargement. J'y charge des plaques d'acier. 10h, je suis reparti. Je file jusque Irun où je m'arrête vers 11h45 afin de casser la croûte. La coupure finie, je repars vers Bordeaux. Comme j'ai le temps (vu que je vais rouler mon vendredi et mon samedi), je décide de rouler à 80 km/h. C'est bon pour la consommation. Je passe Bordeaux sans encombres puis c'est la RN 10 vers Angoulême et Poitiers. Je fais une 2ème coupure repas vers Ruffec puis je roule jusque la 1ère station autoroutière après Poitiers-Nord. J'y passe la nuit.

Itinéraire de fin de semaine.

Samedi 20

Après avoir bu mon café, je remets en route vers Tours. Ensuite, je bifurque vers Le Mans. Ensuite, c'est l'autoroute Le Mans-Laval. Et ce, toujours à 80 km/h. Je m'arrête pour le week-end à l'aire de Laval-Bonchamps, sur l'A81. A la station-service, j'ai des douches et des toilettes à disposition et j'ai des films à regarder ainsi qu'un bouquin à finir dans mon camion. J'aurai de quoi m'occuper ce week-end.

Dimanche 21

Repos.

 
Lundi 22

Je mets en route vers 6h30. J'arrive chez mon client vers 7h30. J'en repartirai vide à 8h20. J'appelle mon exploitant pour connaître la suite: chargement de matériel sur un chantier à Nantes (44) pour la région parisienne. J'arrive sur le chantier vers 11h45. Ils ne commenceront à me charger que vers 13h30. Je repars vers 15h en direction de Paris. Vers 19h, je m'arrête faire une coupure de 45 mns au niveau de Chartres puis je repars. J'arrive à Limeil-Brévannes (lieu de mon déchargement) vers 21h20. Je me gare bien, je ferme les rideaux et dodo.

Itinéraire de 1ère partie de semaine

Mardi 23

8h25, je me présente au lieu de livraison. Ils me déchargent assez vite. En fait, ils transfèrent tout le matos sur un autre plateau de leur société. Après avoir fait signé mes papiers, je repars. Au programme: chargement à Sens (89) 3 tourets pour Dubaï à vider au port de Zeebrugge (B). J'arrive à Sens vers 11h10. Mon pote Jean-Pierre (JPP) arrive peu après moi. Il a le même chargement que moi ! Chouette, on va pouvoir faire la route ensemble ! Quelques temps après, un 3ème collègue arrive: c'est Frankie. Lui aussi a le même chargement que nous. Après que JPP et moi sommes chargés, nous nous dirigeons tous les 3 vers la cantine de l'usine où nous prenons notre repas. Ensuite, ils chargent Frankie. Nous nous mettons enfin en route vers le Nord. Sur l'autoroute A1, Frankie nous quitte car il bifurque vers Valenciennes car il va rentrer chez lui. JPP et moi continuons jusque Bapaume où nous nous arrêtons pour la soirée et la nuit.

Transfert du matos sur un de leur plateaux

Itinéraire 2ème partie de semaine.

Frankie et JPP côte à côte

 

Mercredi 24

5h20, JPP toque à la porte de ma cabine. Je me lève et m'habille. JPP m'offre un café, ce n'est pas de refus ! Après ça, on se mets en route vers la Belgique. On arrive au port de Zeebrugge vers 7h30 immédiatement rejoints par Frankie. Une voiture du port nous guide jusqu'au point de déchargement. Le gars prend nos papiers et s'en va les faire signer. Pendant ce temps, un gros chariot vient nous décharger nos tourets en un rien de temps. On est à peine vide que le gars vient nous rendre nos papiers signés ! J'ai jamais vu un déchargement aussi rapide au port de Zeebrugge ! On s'arrête prendre un café vite fait à la station Total de Zeebrugge puis on rentre à Pérenchies. 10h30, je vide ma cabine, rend mes papiers des 2 semaines au bureau, prend ma voiture et rentre chez moi ! Vacances jusqu'au 5 janvier !!! 

Fin de semaine.

Jeudi 25

NOYEUX JOËL A TOUT LE MONDE !!!!!!

 

Vendredi 26

Vacances

 
Samedi 27

Vacances

Dimanche 28

Vacances

Lundi 29

Vacances

Mardi 30

Vacances

 
Mercredi 31

Vacances

 

Mois suivant, cliquez ici